samedi 18 août 2018

Catastrophes et Valeurs

Le  pont Morandi s'est effondré.
La cause la plus immédiate est peut-être la foudre. Une cause  plus fondamentale serait un défaut de conception. L'hypothèse d'une corrosion non détectée ou non prise en compte par des procédures défaillantes de contrôle est aussi avancée. Les processus de choix politiques de lancer de nouveaux travaux était aussi inefficace.
Mais la cause principale, est a rechercher dans les valeurs portées par les trente glorieuses: Dans les années 60, on pensait à l'horizon d'une génération.Le monde pouvait s’écrouler après, On s'en foutait.
Là ou les romains construisaient pour l'éternité, l'horizon des  50-60 ans était indépassable.
Une des valeurs de cette époque était "résolvons notre problème , et on verra après" ou autrement dit "après nous le déluge": un mélange d'optimisme et d'insouciance.  C'est cela qui a rendu cet accident inévitable, à Gènes ou ailleurs.

Depuis le rapport de l'explosion de Challenger de la commission "Rogers", on sait qu'il faut identifier des causes techniques, puis des défauts de conception , puis des processus défectueux.
 Mais surtout il faut identifier quelles sont les  valeurs de l'entreprise ou de l'organisation qui sont inadaptées aux enjeux. Là, ce sont les valeurs à "courte-vue'de toute une époque.
A cette même époque, dans les années 60, l'on a construit des milliers de ponts, des centrales nucléaires, une agriculture chimique, une société de consommation ..... .

Aucun commentaire: